Depuis plus d’un siècle, l’univers ensorcelant de Disney a tissé une histoire riche et passionnante. Cet héritage exceptionnel, lié aux films, aux parcs à thème, et aux personnages emblématiques, regorge de milliers d’anecdotes méconnues du grand public. Ces récits captivants révèlent les coulisses de la création des chefs-d’œuvre animés, dévoilent des détails fascinants sur les parcs Disneyland et mettent en lumière les moments inoubliables qui ont façonné cette saga extraordinaire.

Dans cet article, je partagerai les anecdotes les plus mémorables que j’ai pu lire ou découvrir auprès d’autres fans Disney, des moments uniques et parfois méconnus qui capturent l’esprit captivant de l’univers Disney. Préparez-vous à voyager à travers les histoires fabuleuses de l’univers Disney. Je suis certainement loin de connaître toutes les anecdotes, cette liste est donc destinée à s’enrichir au fil du temps. Si vous avez des pépites à partager, n’hésitez pas à contribuer à cette exploration enchantée de l’univers Disney !

Les anecdotes liées aux Parcs Disney

Le brillant créateur Harper Goff, dont les œuvres continuent d’exercer une influence considérable, a laissé une marque indélébile. Collaborateur de Disney, cet artiste américain a notamment façonné l’univers visuel du film “20,000 lieues sous les mers” et a introduit de nombreux concepts novateurs ainsi que des décors pour les parcs Disneyland.

À Disneyland, la plupart des drapeaux américains ne respectent pas le nombre correct d’étoiles. Cette particularité, faisant référence au drapeau de l’enfance de Walt Disney, dispense Disneyland Paris de l’obligation de les illuminer la nuit ou de les abaisser en cas de mauvais temps.

Au début des années 1960, les chips Doritos ont vu le jour dans un restaurant de Disneyland, la Casa de Fritos, où l’excédent de tortillas était transformé. Devant leur succès, Frito-Lay a acquis la recette, permettant ainsi la production à grande échelle de ce snack emblématique, aujourd’hui encore vendu même à Disneyland Paris.

De 1987 à 2016, les parcs Disney aux États-Unis disposaient de leur propre monnaie, le Disney Dollar. Ayant la même valeur que le dollar américain, ces billets, imprimés au même format, étaient utilisés comme moyen de paiement dans les enceintes des parcs.

À Disneyland Paris, la terrasse du Bella Notte depuis 1992 est pavée d’histoire, car les carreaux colorés qui l’ornent proviennent d’une immense fresque en mosaïque créée en 1967 par Mary Blair pour l’attraction Adventure Thru Inner Space de Tomorrowland en Californie, une œuvre commandée par Walt Disney lui-même.

L’attraction “Superstar Limo” demeure l’un des plus grands échecs de Disney. À l’origine, les visiteurs étaient censés embarquer dans une limousine poursuivie par des paparazzi. Toutefois, le décès de Lady Di a contraint Disney à revoir le concept en une simple balade dépourvue de but précis. Lancée en 2001, l’attraction a fermé ses portes en 2002.

En 2013, en Floride, une entreprise a eu l’idée de proposer la location de personnes en situation de handicap pour obtenir des avantages prioritaires à Disney World, facturant 130 dollars de l’heure pour ce service. Jugée totalement immorale, cette pratique a été heureusement interdite.

Après l’armée américaine, Disney se hisse au rang du deuxième plus grand consommateur d’explosifs au monde. Chaque année, la société investit plus de 50 millions de dollars dans ces matériaux, notamment pour les feux d’artifice et autres spectacles pyrotechniques. À Disneyland Paris, ces investissements se concrétisent magnifiquement avec des spectacles époustouflants tels que Disney Dreams.

L’attraction Phantom Manor à Disneyland Paris multiplie les clins d’œil au nombre 13, réputé pour porter malheur : lorsque le temps d’attente est court, il est affiché comme étant de 13 minutes, et l’horloge au début de l’attraction indique également le nombre 13.

Les anecdotes liées aux films Disney

Le “Fantasia” de Disney, sorti en 1940, fut partiellement remanié pour apaiser les créationnistes. La portion du film décrivant les dinosaures devait se poursuivre avec l’évolution des mammifères et l’apparition des humains. Mais, sous la menace de fanatique, Disney retira cette partie.

Les rapports entre Walt Disney et ses employés n’ont pas toujours été harmonieux. En 1941, la moitié des animateurs a déclenché une grève de cinq semaines pour réclamer des salaires plus élevés et des conditions de travail améliorées. Cette période de conflit est d’ailleurs évoquée dans le film Dumbo.

En 1942, les animateurs de Disney se sont réunis dans une salle pour s’exercer au dessin en observant une vraie biche, qui est ainsi devenue la véritable source d’inspiration pour le personnage de Bambi dans le film du même nom.

Le “Livre de la Jungle” de Disney se distingue comme le film le plus populaire en Allemagne, cumulant un impressionnant total de 27 293 363 entrées. Cela représente près de 10 millions de spectateurs de plus que le deuxième plus grand succès, Titanic, sorti trois décennies après. En outre, la version allemande est l’une des rares à être unanimement préférée à l’originale.

À l’origine, le dessin animé Aladdin de Disney était prévu pour se dérouler à Bagdad. Cependant, en raison de la première guerre du Golfe pendant la production, l’équipe a pris la décision de créer la ville fictive d’Agrabah afin d’éviter toute association directe avec le conflit.

Le Roi Lion, qui s’est avéré être le deuxième plus grand succès de Disney après La Reine des Neiges, a été une véritable surprise. Initialement confiée à une équipe secondaire avec des ressources limitées, sa réalisation était destinée à servir de transition entre le triomphe d’Aladdin et l’anticipation du prochain succès espéré, Pocahontas.

Le prénom du personnage Buzz l’Éclair dans Toy Story trouve son origine dans le nom du deuxième homme à avoir marché sur la lune, Buzz Aldrin. En tant que deuxième, il a été moins médiatisé que Neil Armstrong, et Pixar a souhaité lui rendre hommage en nommant ainsi le célèbre jouet astronaute.

Toy Story 2 a frôlé le désastre chez Pixar. Une erreur informatique a entraîné la suppression d’une importante partie du travail de l’équipe. Heureusement, la directrice technique, récemment accouchée et travaillant depuis chez elle, détenait une copie des fichiers du film sur son ordinateur. Ces fichiers représentaient une valeur de plus de 100 millions de dollars de travail.

En 2002, durant l’apogée de l’animation 3D, le film “Lilo & Stitch” a marqué une exception notable. En raison de contraintes budgétaires, les décors ont été méticuleusement peints à la main, obligeant l’équipe à adopter une technique complexe à l’aquarelle que Disney n’avait pas employée depuis plus de 60 ans.

Le studio d’animation Pixar a la tradition de dissimuler dans chacun de ses films un indice sur une de ses futures productions. Par exemple, dans Monstres et Compagnie, la petite fille Boo offre un poisson clown à Sully, qui devient ensuite le personnage principal dans Nemo. De manière similaire, dans Nemo, le dentiste possède une bande dessinée des Indestructibles.

L’actrice américaine Linda Hunt, lauréate d’un Oscar pour la meilleure actrice dans un second rôle dans “L’Année de tous les dangers”, aurait également été la source d’inspiration pour le personnage d’Edna Mode dans “Les Indestructibles”.

Le restaurant du chef Gusteau dans le film Ratatouille s’inspire directement du prestigieux restaurant parisien La Tour d’Argent. L’équipe de réalisation a méticuleusement visité le restaurant, reproduisant fidèlement des détails tels que le chariot à fromages et le design des lampes.

Bien que Marvel soit aujourd’hui évalué en milliards, la compagnie a frôlé la faillite en 1996. À cette époque, la valeur des actions du groupe avait chuté considérablement, et la société était lourdement endettée. Ce n’est qu’à la fin des années 2000 qu’elle a retrouvé la rentabilité, atteignant même un niveau extrêmement lucratif après son acquisition par Disney en 2009.

Les chutes du paradis du film Là-haut de Pixar trouvent leur inspiration dans un lieu bien réel, le Mont Roraima au Venezuela. Ce sommet se présente comme un plateau entouré de falaises atteignant une hauteur de 1000 mètres. L’équipe de réalisation du film a même pris le temps de visiter ces montagnes pour capter l’essence de cet environnement unique.

Avant la sortie du film Coco, plongeant dans l’univers coloré de la Fête des morts au Mexique, Disney envisagea de déposer la marque “Dia de los Muertos”, ce qui suscita la consternation des Mexicains. Face à l’indignation générale, la multinationale décida finalement de renoncer à cette démarche controversée. Cependant, cette tentative n’était pas la première du genre : depuis 1993, Disney détient la marque “Hakuna Matata”, une expression swahilie rendue célèbre par le film “Le Roi Lion”.

Dans les récents films Avengers, les équipes ont fait appel à un cascadeur particulier pour les séquences les plus risquées. Ce cascadeur spécial est un robot appelé Stuntronic, pesant 45 kilos et capable de reproduire de manière impressionnante les mouvements humains.

Les anecdotes liées aux musiques Disney

Phil Collins, compositeur des bandes originales de Tarzan et Frères des Ours, a également interprété ces chansons dans cinq langues, dont l’anglais, l’allemand, le français, l’italien et l’espagnol. Cet accomplissement remarquable lui a valu une reconnaissance en tant que “Légende Disney”.

Moins médiatisé que certains compositeurs de cinéma, Alan Menken demeure l’un des plus décorés, et vous êtes certainement familier avec ses compositions. À titre d’exemple, il a créé les bandes sonores de La Petite Sirène, Aladdin, La Belle et la Bête, entre autres, accumulant 8 Oscars et 7 Golden Globes.