Avez-vous déjà imaginé voyager dans un univers où la science-fiction rencontre le passé ? Connaissez-vous les secrets cachés derrière chaque attraction ainsi que chaque recoin de Discoveryland à Disneyland Paris ? C’est ce que je vous propose de découvrir aujourd’hui dans cet article sur les secrets et anecdotes de Discoveryland.

Ce land unique, inspiré par les visions futuristes de Jules Verne et les innovations steampunk, est une terre d’aventure et de mystère. Dans ce monde où l’imaginaire et la technologie se fusionnent, chaque coin recèle des histoires fascinantes, des hommages cachés et des détails minutieux, invitant les visiteurs dans une exploration sans cesse renouvelée. De l’emblématique Space Mountain aux subtilités de Star Tours, Discoveryland est une célébration de l’ingéniosité humaine et de la magie de Disney, offrant une expérience immersive et enrichissante à tous ceux qui franchissent ses portes.

L’histoire du land

Discoveryland, situé au cœur de Disneyland Paris, est bien plus qu’un simple land thématique : c’est une célébration audacieuse de l’innovation et de l’imaginaire. Inauguré le 12 avril 1992, ce lieu unique rompt avec le concept traditionnel des Tomorrowland des autres parcs Disney. Au lieu de se concentrer sur des technologies éphémères, Discoveryland plonge ses visiteurs dans un monde où les rêves d’avenir côtoient le patrimoine des grands inventeurs, explorateurs et visionnaires européens. En mettant en avant des figures emblématiques telles que Léonard de Vinci, H.G. Wells et, surtout, Jules Verne, Discoveryland ne se contente pas de présenter un avenir possible mais un futur rêvé, issu de l’esprit et de l’époque de ces pionniers. L’architecture du land, à la fois novatrice et ancrée dans une esthétique révolue, sert de portail vers ces univers fantastiques, offrant une expérience immersive et intemporelle aux visiteurs avides de découverte.

Les citations des grands inventeurs

Discoveryland est un hommage vibrant aux grands esprits qui ont façonné notre vision du futur. Parsemé de citations et de références directes à ces inventeurs et visionnaires, le land invite à une réflexion sur l’innovation et l’exploration. Par exemple, la citation “Tout ce qui est dans la limite du possible doit être et sera accompli” est un emprunt au roman “La Maison à Vapeur” de Jules Verne, datant de 1880. Cette phrase, située près des colonnes steampunk de l’entrée, incarne l’esprit de détermination et de possibilité qui anime Discoveryland. Elle suggère que tout ce qui peut être imaginé dans les limites de la réalité peut, et sera inévitablement, réalisé. Une autre référence significative est la phrase “Il sole non si muove”, soit “Le soleil ne bouge pas”, inscrite sous l’enseigne de l’attraction Orbitron. Cette citation de Léonard de Vinci rappelle sa contribution à la compréhension de l’univers et sa défiance des idées reçues de son temps. Ces mots, chargés d’histoire et de sens, enrichissent l’expérience de Discoveryland, offrant aux visiteurs une immersion profonde dans le monde des pionniers qui ont rêvé notre avenir.

Les secrets de Space Mountain

Commençons notre exploration des secrets de Discoveryland par son attraction phare : Space Mountain. Comme je l’ai détaillé dans mon précédent article sur l’histoire de cette attraction, Space Mountain était à l’origine conçue pour être le cœur même de Discoveryland. Imaginée initialement comme une montagne futuriste englobant tout le land, elle devait non seulement accueillir l’attraction principale, mais aussi intégrer des véhicules futuristes, des restaurants et des boutiques en son sein. À l’origine baptisée Discovery Mountain, des traces de ce nom initial sont encore visibles dans la file d’attente, où les lettres “DM” apparaissent à plusieurs endroits.

Space Mountain à Disneyland Paris se distingue nettement de ses homologues des autres parcs Disney. C’est la seule version au monde à posséder un canon à propulsion, une caractéristique emblématique qui catapulte littéralement les visiteurs dans l’espace à une vitesse vertigineuse. Cette méthode de lancement unique ajoute une touche de sensation forte à l’attraction, la rendant bien plus exaltante que les autres montagnes russes Space Mountain. En plus de son système de propulsion innovant, Space Mountain à Disneyland Paris offre une expérience plus intense et sensationnelle, avec des loopings et des inversions qui défient la gravité, promettant une aventure palpitante aux amateurs de sensations fortes. Cette attraction est donc un véritable joyau de Discoveryland, symbolisant la fusion de l’innovation, de l’aventure et de l’imaginaire, fidèle à l’esprit visionnaire des grands explorateurs et inventeurs qui ont inspiré ce land.

Space Mountain, au-delà de son caractère emblématique, regorge de secrets et de clins d’œil à l’histoire et à la littérature. Initialement nommée “Space Mountain : De la Terre à la Lune”, cette attraction a été inaugurée le 31 mai 1995 par l’astronaute légendaire Buzz Aldrin, un événement qui a marqué son importance et son lien avec l’exploration spatiale.

De plus, en parcourant la dernière salle de la file d’attente, vous pourrez apercevoir des vestiges de cette version originale de l’attraction. Des fresques murales dévoilent le schéma détaillé du canon iconique, des lustres en forme de planètes évoquent l’espace lointain, et des phrases de Jules Verne, l’inspiration première du land, ornent les murs.

Un autre détail particulièrement captivant est la voûte céleste dessinée sur le plafond de cette même salle, où les lettres et les chiffres aux côtés des étoiles représentent les initiales et les dates de naissance des Imagineers ayant contribué à la création de l’attraction. Ce subtil hommage personnel leur confère une présence éternelle au cœur de l’attraction.

Quant aux inscriptions latines, elles ajoutent une touche d’humour et de mystère. Sur les murs, on trouve les phrases “Ad Luna In Flamma Gloria” et “Ad Luna In Flatula Gloria”. La première, bien que légèrement incorrecte, pourrait se traduire par “Vers la Lune dans un embrasement de gloire”. La seconde, en revanche, est un jeu de mots intraduisible, car “Flatula” n’existe pas en latin.

Enfin, le socle du canon à l’extérieur de Space Mountain, que vous pouvez voir depuis la file d’attente et un panneau dans la salle d’embarquement font référence au Baltimore Gun Club, référence directement tiré du roman “De la Terre à la Lune” de Jules Verne. Cet hommage rend justice à l’inspiration derrière le Discoveryland original, créant un lien tangible entre l’attraction et l’œuvre littéraire qui l’a inspirée. Ces détails, à la fois ludiques et réfléchis, enrichissent l’expérience de Space Mountain, la transformant en une aventure à travers l’histoire, la littérature et l’espace.

Malgré la richesse et la profondeur des références à Jules Verne dans Space Mountain, il est regrettable de constater que ces hommages au patrimoine français s’estompent progressivement. Avec l’introduction de la nouvelle version Star Wars de l’attraction, une partie de l’essence originale de Discoveryland se perd. La transition vers un thème centré sur une franchise américaine populaire marque un éloignement de l’atmosphère unique et historiquement ancrée qui caractérisait Space Mountain. Cette évolution, bien que s’inscrivant dans une stratégie de modernisation et d’alignement avec les tendances actuelles du divertissement, semble effacer progressivement les subtils hommages à l’un des plus grands visionnaires français. Pour les admirateurs de Jules Verne et de l’histoire originelle de l’attraction, je vous invite à lire le livre Space Mountain de la collection attractions de Disneyland Paris.

Les secrets du Café Hyperion

Le Café Hyperion à Discoveryland est un véritable trésor d’histoire et d’imaginaire, riche en détails et en hommages. Son nom est un clin d’œil à l’adresse du premier studio d’animation de Walt Disney à Hollywood, situé au 2719 Hyperion Avenue de 1926 à 1941, marquant ainsi un lien direct avec les racines de l’univers Disney. À l’entrée du “café” trône un dirigeable impressionnant, un élément tiré du film “L’île sur le toit du monde” produit par Walt Disney Productions en 1974, ajoutant une dimension cinématographique à l’expérience.

Le café est conçu pour ressembler à un aérogare d’une époque révolue, avec des guichets où, selon la légende, les visiteurs pouvaient autrefois acheter des billets pour des destinations lointaines desservies par le dirigeable. Ces guichets, situés sur d’anciennes malles, renforcent cette illusion, tout comme les valises qui semblent attendre leur embarquement. Au-dessus des guichets, une fresque dépeint le voyage que les visiteurs auraient pu entreprendre, accentuant l’atmosphère d’aventure et d’exploration.

Une affiche mystérieuse révèle le sort du capitaine Brieux, qui commandait l’Hypérion. Après avoir réalisé 49 voyages, il a mystérieusement disparu juste avant sa cinquantième croisière, laissant l’Hypérion amarré et prêt à repartir, attendant patiemment le retour de son capitaine.

Cette histoire ajoute une couche de mystère et d’aventure, évoquant des récits d’explorateurs disparus et de voyages audacieux.

Les détails continuent à captiver les visiteurs, comme la boussole géante au sol, et le cadran de la grande horloge du café, dont l’aiguille des secondes est un petit dirigeable, accompagnée d’un second dirigeable sculpté à proximité. Ces éléments créent une ambiance immersive qui transporte les visiteurs dans un monde où l’aventure et le mystère de l’exploration aérienne règnent en maîtres.

Les secrets d’Orbitron

Orbitron à Discoveryland est une attraction qui offre une expérience unique de voyage spatial, entremêlant histoire, art et science. Inspirée par les travaux visionnaires de Léonard de Vinci, Orbitron permet aux visiteurs de prendre place dans des fusées et de s’envoler autour d’un modèle miniature du système solaire. Un détail fascinant est que les planètes se déplacent dans le sens inverse des fusées, créant une illusion de vitesse plus élevée que la réalité. Cette astuce visuelle renforce l’expérience immersive de l’attraction.

L’essence de cette attraction est renforcée par une citation de Léonard de Vinci inscrite sous son enseigne : « Il sole non si muove », qui signifie « Le soleil ne bouge pas ». Cette phrase souligne l’influence de Vinci non seulement en tant qu’artiste mais aussi en tant qu’astronome et penseur. Le design des fusées d’Orbitron s’inspire des bandes dessinées futuristes des années 30, notamment de Buck Rogers et Guy l’Eclair, intégrant ainsi un élément de culture populaire dans l’attraction.

Chaque fusée d’Orbitron est unique et représente une constellation du zodiaque. Les visiteurs peuvent ainsi voyager dans l’espace tout en découvrant les différents signes astrologiques, dont les symboles sont subtilement intégrés à l’arrière des fusées, à la base de l’attraction et dans la file d’attente. Cet hommage aux constellations ajoute une dimension éducative et ludique à l’expérience, permettant aux visiteurs de se connecter avec les étoiles tout en s’amusant.

Les secrets de Buzz Lightyear Laser Blast

L’attraction Buzz Lightyear Laserblast, une des expériences interactives les plus appréciées de Discoveryland, est imprégnée d’une riche histoire et de nombreux secrets. Avant de devenir la bataille laser galactique que nous connaissons aujourd’hui, cet espace accueillait le légendaire Visionarium. Ce spectacle immersif, avec le robot Timekeeper et l’espiègle Nine Eye, emmenait les visiteurs dans un voyage dans le temps à 360°. Jules Verne et H.G. Wells y faisaient des apparitions remarquées, et la musique du spectacle peut encore parfois être entendue en gare de Discoveryland Station, un écho nostalgique de cette époque révolue.

Parmi les secrets de l’attraction actuelle, sachez que dans la file d’attente de Buzz Lightyear Laserblast, les écrans de score affichent les chiffres mystérieux 020464 et 112164. Ces scores, inatteignables dans le jeu, pourraient être une référence cachée, peut-être des dates significatives dans l’univers Disney. Une autre curiosité est la présence de cibles secrètes sur l’antagoniste de l’attraction, Zurg. Situées juste en dessous de son badge en forme de “Z”, ces cibles peuvent rapporter aux joueurs jusqu’à 50 000 points, une récompense cachée pour les tireurs les plus adroits. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à lire mon article sur comment atteindre le score maximum à cette attraction.

Un autre détail souvent négligé mais révélateur se trouve dans la scène de Buzz dans la file d’attente. Les piles disposées autour de l’attraction sont estampillées “Glendale, Californie”, le siège de Walt Disney Imagineering, un clin d’œil à la source créative derrière l’attraction.

Un autre clin d’oeil dans cette attraction sont les Mickey cachés qui sont au nombre de 3 et que vous pouvez retrouver dans ma liste des hidden Mickey du parc.

Enfin, les vaisseaux dans lesquels les visiteurs embarquent portent la référence XP-41, un code qui a son propre sens. “X” indique des capacités d’amélioration non définies, “P” représente la protection, et le chiffre 41 fait suite aux différentes versions de l’attraction dans les parcs Disney du monde entier, de XP-37 en Floride à XP-40 à Hong-Kong. Ce détail illustre l’évolution et l’adaptation constante de l’attraction au fil des années et des différents parcs.

 

Les secrets d’Autopia

Autopia à Disneyland Paris est une attraction unique qui permet aux visiteurs de prendre le volant de voitures futuristes, naviguant à travers un parcours parsemé d’innovations et de surprises. Chaque véhicule est distinct, avec soixante designs différents reflétant un mélange harmonieux d’inspiration art déco, de touches rétro et de visions futuristes. Cette diversité crée une expérience visuelle riche et variée, offrant à chaque conducteur une voiture unique pour leur aventure.

Le parcours d’Autopia est agrémenté de publicités futuristes qui ajoutent une touche de fantaisie et de créativité. Parmi elles, une annonce pour “Solaria, la Cité de l’Éternel Été” et une autre pour “Agrifutur” avec ses fruits et légumes géants. Cette dernière inclut une représentation d’un couple évoquant étrangement le célèbre tableau “American Gothic” de Grant Wood, intégrant ainsi subtilement l’art dans l’attraction.

Un autre élément surprenant est une publicité animée “elle roule, elle vole”, où une main semble mystérieusement bouger, créant un effet visuel intriguant et captivant. Cette caractéristique unique contribue à l’atmosphère magique et immersive de l’attraction.

Enfin, une publicité pour le “Rocket Café”, situé à proximité de Space Mountain et Star Tours, tisse un lien narratif entre les différents décors de Discoveryland, enrichissant l’expérience globale du visiteur. Autopia n’est donc pas seulement une promenade en voiture ; c’est une exploration ludique et imaginative de la créativité et de l’innovation.

Les secrets des Mystères du Nautilus

Le Nautilus, situé dans le land Discoveryland de Disneyland Paris, est une attraction fascinante qui invite les visiteurs à explorer le célèbre sous-marin du capitaine Nemo, tiré du roman de Jules Verne “20 000 Lieues sous les mers”. Cette expérience immersive offre une plongée dans l’univers du roman, reconstituant avec minutie l’intérieur du Nautilus.

À l’intérieur de ce sous-marin légendaire, les visiteurs peuvent découvrir des objets rares et précieux, tels qu’une carte des Indes orientales datant de 1794 et un livre ancien de 1638, des artefacts qui enrichissent l’atmosphère historique et mystérieuse de l’attraction. Un autre trésor du Nautilus est son orgue, inspiré de celui présent dans l’attraction Haunted Mansion. Cet orgue n’est pas qu’une simple réplique ; il s’agit du véritable orgue utilisé dans le film de Disney “20 000 lieues sous les mers”, ajoutant une touche d’authenticité cinématographique.

Un fait surprenant et moins connu sur cette attraction est que le sous-marin que l’on aperçoit depuis l’extérieur n’est pas le même que celui que les visiteurs explorent de l’intérieur. En réalité, la partie accessible au public n’est pas située sous le lac, mais est une construction ingénieuse qui donne l’illusion d’être à bord du véritable Nautilus. Cette révélation souligne le talent des Imagineers de Disney pour créer des expériences immersives et détaillées, transportant les visiteurs dans un monde de fiction avec une authenticité et une finesse remarquables.

Les secrets de Star Tours

Star Tours, l’une des attractions emblématiques de Discoveryland à Disneyland Paris, a été transformée en 2017 après une rénovation majeure, introduisant de nouveaux secrets tout en conservant l’essence de l’aventure spatiale Star Wars. L’attraction, qui vous emmène dans un voyage intergalactique, est truffée de détails cachés et de clins d’œil à l’univers Star Wars et à l’histoire de Disney.

Dans la file d’attente, les visiteurs peuvent retrouver Rex, l’ancien pilote des Starspeeders ainsi que Rox-N, qui accueillait les visiteurs dans la version originale, se trouvent cachés dans la file d’attente, un hommage discret aux personnages de la première version de l’attraction.

Un autre détail particulier à observer est le chiffre 1401, visible en haut à droite du Starspeeder dans la file d’attente et sur les cylindres en bas de l’appareil, un hommage à l’adresse des locaux de Walt Disney Imagineering à Glendale, Californie. Ce chiffre est également mentionné comme numéro de vol, intégrant ainsi l’histoire de Disney dans l’expérience de l’attraction.

De plus, dans la file d’attente, les visiteurs peuvent entendre des annonces qui font référence à l’univers Star Wars et à ses personnages, comme l’appel à déplacer le véhicule THX 1138, une référence au premier film de George Lucas, ou encore l’appel pour “M. Han Ford” référence direct à l’acteur du très célèbre Han Solo.

Lors du scan des bagages, différents objets font également des clins d’œil à l’univers Disney, Star Wars et Indiana Jones, avec notamment la présence de Nine Eye du Visionarium, un chapeau d’apprenti sorcier rappelant le film Fantasia et même un Mickey caché !

À proximité, dans le couloir parallèle, des figures en ombres traversent, permettant aux visiteurs de reconnaître certains personnages célèbres. Dans Star Traders, proche de l’atelier de fabrication de sabres lasers, se trouve un petit droïde aidant Luke Skywalker à s’entraîner au sabre laser dans l’Épisode IV.

Enfin, il est à noter que la Discoveryland Station, située dans le même bâtiment que Star Tours, n’a été ajoutée qu’après l’ouverture du parc, inaugurée en juillet 1993, ce qui montre l’évolution continue de cet espace dédié à l’aventure spatiale.

Les secrets de Starport

L’attraction “Starport : Rencontre avec un Personnage Star Wars” à Disneyland Paris offre aux visiteurs une expérience unique et immersive dans l’univers de Star Wars. Située dans Discoveryland, cette attraction permet aux fans de la saga de vivre un moment inoubliable en rencontrant l’un des personnages les plus emblématiques de la franchise : Dark Vador. Ce qui rend cette rencontre particulièrement spéciale, c’est la possibilité pour les visiteurs de dialoguer en temps réel avec le Seigneur Sith.

Les visiteurs sont ainsi invités à entrer dans une zone thématiquement décorée, évoquant l’atmosphère d’une base spatiale, où ils peuvent se préparer à leur rencontre avec Dark Vador. L’interaction est conçue pour être aussi réaliste que possible, avec des échanges vocaux où Dark Vador répond directement aux questions et réactions des visiteurs, créant une expérience personnalisée et mémorable pour chaque fan. 

Les secrets de Vidéopolis

Le Vidéopolis à Disneyland Paris est un espace polyvalent situé dans le cœur de Discoveryland, combinant restauration et divertissement sous un même toit. Ce lieu, connu pour son architecture futuriste, offre aux visiteurs une expérience unique, mêlant le plaisir de la restauration rapide au Café Hypérion et la possibilité de profiter de spectacles et d’animations.

Un secret fascinant du Vidéopolis réside dans ses caractéristiques architecturales. Lorsque les visiteurs passent entre le Café Hypérion et Space Mountain, ils peuvent remarquer d’immenses hublots au premier étage du bâtiment. Aujourd’hui, ces hublots dissimulent une station de radio utilisée par les journalistes pour diffuser des émissions. Cependant, ces fenêtres avaient à l’origine un tout autre objectif. Elles étaient censées faire partie d’un projet plus vaste : Discovery Mountain (ce dont je vous parlais plus haut). Au lieu de l’actuel Space Mountain, les Imagineers envisageaient initialement de créer un immense dôme abritant plusieurs attractions et restaurants. Ces hublots étaient prévus pour être des passerelles reliant Vidéopolis à Discovery Mountain, une idée ambitieuse qui visait à intégrer différentes expériences de divertissement et de restauration dans une structure unique.

Les secrets du Discovery Theater

Le Discoveryland Theater à Disneyland Paris est désormais le domicile enchanteur de “Mickey et son Orchestre PhilharMagique”, une attraction captivante qui transporte les visiteurs dans un monde musical animé en 3D, dirigé par le célèbre Mickey Mouse. Cette expérience immersive allie la magie de Disney à une technologie de pointe pour créer un spectacle éblouissant qui ravit les spectateurs de tous âges.

Cependant, ce théâtre n’a pas toujours été le foyer de cette symphonie enchantée. Autrefois, il accueillait l’attraction “Chérie, j’ai rétréci le public”, une expérience interactive où les visiteurs se retrouvaient au cœur d’une aventure scientifique inattendue. Cette attraction était présentée comme une journée portes ouvertes de l’Imagination Institute, plongeant les spectateurs dans un monde de découvertes et d’innovations.

Un élément clé qui relie le passé et le présent du Discoveryland Theater est un buisson sculpté situé devant son entrée. Ce buisson, façonné en forme du logo de l’Imagination Institute, sert de rappel subtil de l’ancienne attraction. Ce logo est également toujours présent dans la file d’attente et à l’intérieur du théâtre, un hommage discret à l’histoire du bâtiment et à son héritage d’innovation et de créativité.

Les secrets des autres décors

Discoveryland, le monde futuriste du Parc Disneyland, regorge de décors aussi captivants que variés, allant des éléments bien en vue à des détails plus discrets.

Parmi tous ces détails je peux vous citer : la statue de Wall-E qui trône entre Vidéopolis et Space Mountain, ajoutant une touche de charme robotique à l’environnement. Au-dessus de Star Port, une imposante X-Wing qui plane, capturant l’imagination des visiteurs avec son allure emblématique.

Les curieux peuvent aussi découvrir un praxinoscope, une curiosité visuelle pour ceux qui souhaitent explorer des expériences cinématographiques uniques.

De plus, surplombant l’entrée du Nautilus, un phare majestueux offre une atmosphère maritime mystérieuse.

De même, les drapeaux Discoveryland flottent gracieusement à droite d’Autopia, ajoutant une note de mouvement perpétuel à l’horizon.

Enfin, autrefois, un restaurant Pizza Planet enchantait les visiteurs en référence au célèbre film Toy Story, ajoutant une saveur ludique à l’expérience gastronomique.

Ces éléments, à la fois visibles et cachés, contribuent à l’atmosphère immersive et à l’émerveillement constant qui caractérisent Discoveryland.